Ameli.fr
  BDM > Fiche > Effets indésirables
      Présentation      
      Recherche par code      
      Recherche sur autres critères      
      Equivalents thérapeutiques      
      Analyse d'ordonnance      
      Codification      
      Téléchargement      
      Modifications du mois      
      Fiche : 3400935301413      
      Contre indications      
      Précautions d'emploi      
      Effets Indésirables      
      Indications      
      Incompatibilités      
      Interactions      
      Posologies      
      Grossesse Allaitement      
      MAJ : 03/07/2020      
      Version : 1208      
      Présentation      
      Recherche par code      
      Recherche par laboratoire      
      Nouvelles Inscriptions      
      Modifications de la semaine      
      Téléchargement      
UCD
      MAJ : 03/07/2020      
      Version : 1208      
      Présentation      
      Recherche par code      
      Recherche par chapitre      
      Recherche sur autres critères      
      Téléchargement      
      MAJ : 02/06/2020      
      Version : 62      
       Présentation      
      Recherche par code      
      Recherche par chapitre      
      Téléchargement      
      MAJ : 02/07/2020      
      Version : 591      
Fiche effets indésirables à dose thérapeutique

Code CIP:3400935301413
Présentation:CLOMIPRAMINE MYL 75MG CPR
Nature Effet indésirable:CARDIOMYOPATHIE

Date de mise à jour :  21/02/2014

Type :  Effet Spécialité

Natures des Effets Indésirables cliniques :
NAUSEE VOMISSEMENT
ASTHENIE
FIEVRE
SYNDROME SEROTONINERGIQUE
DELIRE
MEMOIRE TROUBLE
INSOMNIE
TENDANCE / TENTATIVE SUICIDAIRE
AGRESSIVITE
VERTIGE / ETOURDISSEMENT
TREMBLEMENT
MYOCLONIE
CEPHALEE
PARESTHESIE
CONVULSION
ATAXIE
ENCEPHALOPATHIE
DYSARTHRIE / PAROLE DIFFICULTE
SYNCOPE
HYPERTONIE MUSCULAIRE
AKATHISIE
SECHERESSE BUCCALE
CONSTIPATION
VISION FLOUE
ACCOMMODATION TROUBLE
MICTION TROUBLE
BOUFFEE VASOMOTRICE
HYPERSUDATION
MYDRIASE
GLAUCOME
RETENTION D'URINE
HYPOTENSION ARTERIELLE ORTHOSTATIQUE
TACHYCARDIE
PALPITATIONS
CONDUCTION TROUBLE
ARYTHMIE
CARDIOMYOPATHIE
DOULEUR ABDOMINALE
ANOREXIE
HEPATITE
CHOLESTASE
CYTOLYSE HEPATIQUE
URTICAIRE
ERUPTION MACULO-PAPULEUSE
VASCULARITE
PRURIT
MANIFESTATION CUTANEE
PHOTOSENSIBILISATION MEDICAMENTEUSE
HYPERPIGMENTATION
TROUBLES ENDOCRINIENS
ALOPECIE
PRISE PONDERALE
LIBIDO TROUBLE
IMPUISSANCE
GALACTORRHEE
AUGMENTATION DU VOLUME MAMMAIRE
OEDEME PERIPHERIQUE
PNEUMOPATHIE
REACTION ANAPHYLACTIQUE
ACOUPHENE / BOURDONNEMENT D'OREILLE
DYSGUEUSIE
SYNDROME DE SEVRAGE
FRACTURE OSSEUSE

Natures des Effets Indésirables para cliniques :
ENZYMES HEPATIQUES MODIFICATION
HORMONE ANTIDIURETIQUE MODIFICATION
LEUCOPENIE
AGRANULOCYTOSE
THROMBOCYTOPENIE
EOSINOPHILIE

Commentaires des Effets indésirables :
- Manifestations générales

. Très fréquent : asthénie souvent associée à d'autres effets indésirables de la
clomipramine.
. Très rare : fièvre parfois dans le cadre d'un syndrome sérotoninergique ou
malin.

- Effets psychiatriques

. Très fréquent : somnolence.
. Fréquent : confusion, agitation (parfois dans le cadre d'un syndrome
sérotoninergique ou malin), délires, troubles de la mémoire, insomnie.
Des cas d'idées et de comportements suicidaires ont été rapportés durant le
traitement par ce médicament ou peu après son arrêt.
Des cas d'agressivité ont été rapportés de manière occasionnelle.

- Effets neurologiques et musculaires

. Très fréquents : vertiges, tremblements, myoclonie.
. Fréquent : céphalée, paresthésies.
. Peu fréquent : convulsions (dont le risque d'apparition augmente avec la
posologie et notamment au-dessus de 250 mg par jour), ataxie.
. Très rare : modification infraclinique des fréquences encéphalographiques.
Des cas de dysarthrie et de syncopes ont été rapportés.
Des hypertonies et hypotonies musculaires, parfois dans le cadre de syndrome
sérotoninergique ou malin, ont été rapportées.
Des akathisies ont été rapportées.

- Effets anticholinergiques

. Très fréquent : sécheresse de la bouche, constipation, vision floue, trouble
de l'accommodation, trouble de la miction.
. Fréquent : bouffées de chaleur, sueur, mydriase.
. Très rare : glaucome, rétention urinaire.

- Troubles cardio-vasculaires

. Très fréquents : hypotension orthostatique.
. Fréquents : tachycardie, palpitation.
. Très rare : troubles de la conduction ou du rythme, cardiomyopathie.

- Troubles gastro-intestinaux

. Très fréquent : nausées.
. Fréquent : vomissements, douleurs abdominales, anorexie.

- Effets hépatiques

. Fréquent : élévation asymptomatique des enzymes hépatiques.
. Très rare : hépatites cholestatiques ou cytolytiques.

- Effets cutanés

. Fréquent : réactions cutanées incluant urticaire, éruption maculo-papuleuse,
vascularite et prurit.
. Rare : réaction de photosensibilité pouvant entraîner une pigmentation
cutanée.
. Très rare : alopécie.

- Troubles endocriniens

. Très fréquent : prise de poids, trouble de la libido, impuissance.
. Rare : galactorrhée, hypertrophie mammaire.
. Très rare : syndrome de sécrétion inappropriée de l'hormone anti-diurétique,
oedèmes périphériques.

- Manifestations pulmonaires

. Très rare : pneumopathie infiltrante.

- Réaction d'hypersensibilité

. Très rare : réaction anaphylactique ou anaphylactoïde.

- Effets hématologiques

. Très rare : leucopénie, agranulocytose, thrombocytopénie et purpura
thrombocytopénique, éosinophilie.

- Organes des sens

. Fréquent : altération du goût, acouphènes.

Autres :

- Réaction de sevrage avec les effets indésirables suivants: nausées,
vomissements, douleurs abdominales, insomnie, céphalées, nervosité, anxiété,
surviennent fréquemment à l'arrêt brutal du traitement ou lors d'une réduction
de posologie.

- Syndrome sérotoninergique, exceptionnellement en monothérapie, le plus souvent
décrit en cas d'interaction médicamenteuse ou de surdosage.

- Effet de classe :

Des études épidémiologiques, réalisées principalement chez des patients âgés de
50 ans et plus, montrent un risque accru de fractures osseuses chez les patients
recevant des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) ou
des antidépresseurs tricycliques. Le mécanisme conduisant à ce risque est
inconnu.

Certains de ces effets indésirables peuvent être prévenus ou combattus par des
thérapeutiques adjuvantes ou correctrices, voire une réduction de la posologie.